forumlivre d \'orPhotosRadioAjouter votre dédicace

Tourisme de cure à hammam Guergour : “La baraka de Sidi el Djoudi”

«A chacun sa mer et à chacun sa plage et ses penchants en cet été caniculaire», nous répond tout simplement si Md Seghir, un chef de famille venu du sud du pays pour passer quelques jours au pays de Sidi el Djoudi, au moment où nous lui demandions s’il ne faisait pas déjà trop chaud pour aller vers un tel choix et choisir plus de chaleur en ce mois de chaleur.

Un sourire comme pour nous dire que cette chaleur est ailleurs, au Sud d’où il vient précisément, et le voilà désormais détendu pour nous faire savoir que chaque année, lui et sa famille, n’échangeraient contre rien au monde «la baraka de Sidi el Djoudi» et de ses eaux chaudes, jaillissantes des sources profondes de la terre, porteuses de mille vertus thérapeutiques notamment, que cette famille comme beaucoup d’autres qui sont à Hammam Guergour n’échangeront pour rien.
De nombreuses gens, venues d’ailleurs, du sud et du nord du pays qui ont appris avec le temps, tous les bienfaits de ces eaux thermales de renommée mondiale et que voici donc, chaque été que Dieu fait et aussi paradoxal que cela puisse paraître, revenant vers ces bains traditionnels au cœur d’un village qui fait le plein subitement ou alors ce complexe thermal d’envergure inauguré en 1987 et qui ne désemplit pas pour autant pour peu que l’on y mette les moyens nécessaires.
Une ambiance qui n’est pas sans susciter du coup une dynamique commerciale au niveau du chef-lieu de cette commune qui se situe à 55 kms au nord de Sétif, à la sortie des gorges traversées par l’oued Bousselem et dominée par le djebel Kraim el Ghar et Djebel Tafet, culminant à plus de 1600 mètres.
Ici, ces gens du troisième âge pour une grande partie ou alors tous ceux-là, jeunes et moins jeunes venus profiter des vertus thérapeutiques indéniables de ces sources thermales qui constituent indéniablement des acquis dans le domaine du tourisme de cure, s’en donnent donc à cœur joie et ne sont visiblement pas moins heureux que tous ceux-là qui ont opté pour le balnéaire, mettant en exergue jour après jour, les bienfaits de ces termes, le climat, tiennent-ils à souligner, propice qui règne à Hammam Guergour, «un lieu privilégié de repos et de détente» comme nous en fait état, el Hadja Garmia, déjà venue et revenue pour revenir, espère-t-elle, autant de fois qui le faudra, ajoute-t-elle.
Autant d’adeptes du tourisme de cure, que nous avons rencontrés et qui n’ont pas cessé de nous dire, les vertus des ces eaux sulfurées, calciques et chlorurées sodiques de Hammam Guergour, qui sont classées 3es au monde après Brembach en Allemagne et Jachimov en Tchequie, par leur taux de radioactivité. Des eaux sulfatées à 45 degrés, calciques et fortement minéralisées qui permettent de soigner de nombreuses affections.
C’est dans ce contexte qu’a été édifié, à ce niveau, un grand complexe thermal doté de 96 chambres, 38 bungalows, 4 villas, 1 restaurants de 150 couverts et un autre de 120, de même qu’une salle de cinéma, un salon de thé et de toutes les autres commodités tendant également dans sa dimension internationale, à prodiguer les soins nécessaires aux curistes qui y séjournent, notamment la crénothérapie et tout ce qui a trait aux atteintes fonctionnelles, rhumatologiques, neurologiques et dermatologiques.
Un investissement dont la réalisation n’a pas affectée, la bonne marche des bains traditionnels situés un peu plus bas au centre du village et drainant au contraire de nombreux passagers ou autres vacanciers venus comme chaque année pour joindre l’utile à l’agréable et surtout, comme nous le redit si Md Seghir, «profiter de la baraka de Sidi el Djoudi».
Sidi el Djoudi Belhadj, homme de savoir et de la connaissance qui serait un descendant du Prophète Mohammed (QSSSL), plus précisément le 36e de génération et au sujet duquel El-Hocine El-Ourtilani, écrivait en 1765, dans sa célèbre œuvre Erihla, qu’à son passage à Hammam Guergour, il a trouvé en Sidi el Djoudi Belhadj, un homme pieux et un exégète du Coran.
Un homme qui a consacré, écrit on également, toute sa vie à la religion et aux actes de bienfaisances envers ses concitoyens qui lui vouaient un profond respect.
Pour rendre l’hommage qui se devait à ce grand homme, la zaouia de Sidi el Djoudi à été également complètement rénovée et inaugurée par le Président Abdelaziz Bouteflika le 25 juin 2007. Dans une conception architecturale digne de l’homme et son œuvre, cette zaouia qui accueille de nombreux étudiants est dotée de toutes les commodités pédagogiques, notamment 10 classes, 1 bibliothèque, des salles pour études et la récitation du Coran, de même que d’infrastructures d’hébergement et de restauration.
Terre de prédilection du tourisme de cure, la wilaya de Sétif renferme plusieurs sources thermales très prisées, à l’instar de Hamam Sokhna, Hamam Ouled Yelles, pour ne citer que celles-ci.
F. Z: elmoudjahid

http://www.hammam-guergour.com/





Cette page a été

Lu 2 458 fois

Une réponse à to “Tourisme de cure à hammam Guergour : “La baraka de Sidi el Djoudi””

Laisser un commentaire

*

Liens

Météo et Horaires des prières

Archives

Dernières Photos

image_0 image IMG_5384 (Medium) IMG_5382 (Medium) IMG_5380 (Medium) IMG_5379 (Medium)
Liens

Vidéo à la une
Liens
Derniers commentaires
Convivialité, simplicité et surtout beaucoup de joie ont fait que cette fête a fait sortir ces enfants de l'oubli . Cette exce
اهدي تحياتي الى عائلة لوهاب من كبيرها الى صغيرها وبالخصوص احفاد الشيخ
Vous combez un immense vide dans notre vie quotidienne.une contrbution riche de sens et de sentiments qui percent les coeurs.c'est l
moi je suis les fands du jour du savoir
bonjour a toute la famille djoudi vous savez quand je lis les propos de sidi el djoudi dont je suis l'un des petits fils j'ais la ch
<>