forumlivre d \'orPhotosRadioAjouter votre dédicace

Saâd Taklit. écrivain : « Je tenais à transmettre l’histoire »

Digne fils de Tayeb Taklit, un martyr de la guerre de libération nationale et un des 17 élèves exclus du collège Eugène Albertini (actuel lycée Mohamed Kerouani) à cause de leur participation à la marche du 8 mai 1945, transformée en bain de sang,  Saâd Taklit, l’auteur de Djebel Tafat (Bougaâ de 1830 à 1962 -histoire et légende-) qui sera présent au salon du livre de Sétif, parle en exclusivité à El Watan de son ouvrage et projets futurs.

- Quand avez-vous eu l’idée d’écrire un livre retraçant une partie de l’histoire de Bougaâ ?

J’ai toujours nourri un souhait d’écrire un livre sur mon village. Une discussion avec mon fils aîné qui a voulu tout savoir sur le sacrifice de son grand-père, est dans certaine mesure le déclencheur de ce travail, réalisé au bout de quatre années de recherches. Les innombrables discussions avec deux amies françaises qui avaient entendu parler vaguement de la guerre d’Algérie, sont en outre,  pour beaucoup dans ce récit ne représentant qu’une partie de la copie initiale…

- Que vouliez-vous transmettre à travers cet ouvrage, captivant et instructif à la fois ?

Marqué par beaucoup d’évènements ayant secoué mon village, je tenais à transmettre la mémoire pour qu’on n’oublie pas. Ce travail est destiné à la jeune génération devant connaître son histoire et celle de ses aïeux. L’émouvant mail d’un lecteur : «Merci de m’avoir appris mon histoire» me réconforte et me pousse à dire que le message est arrivé à bon part.

- Le livre est introuvable à Sétif et Bougaâ ?

Après de longs de mois de recherches, le livre qui a été écrit en France est publié en Algérie où il a été très bien accueilli par le public du dernier Sila (salon international du livre d’Alger). Je ne sais pas quoi vous dire à propos de son indisponibilité à Sétif et Bougaâ où il est demandé. L’ouvrage  sera disponible au  salon du livre prévu du 9 au 15 mai courant, à Sétif, une opportunité pour rencontrer mes lecteurs que je dois par ailleurs voir le 2 mai à la librairie Gouraya de Bejaïa et le 11 au niveau de la librairie du Tiers Monde d’Alger à l’occasion de ventes-dédicaces.

- Que pouvez-dire de vos projets futurs ?

Un roman relatant les tracas d’un couple d’Algériens d’un certain âge éprouvant moult difficultés à s’adapter à sa nouvelle vie en France, est en chantier.

Kamel Beniaiche : elwatan





Cette page a été

Lu 3 601 fois

Une réponse à to “Saâd Taklit. écrivain : « Je tenais à transmettre l’histoire »”

  • Hasniou dit :

    Vous combez un immense vide dans notre vie quotidienne.une contrbution riche de sens et de sentiments qui percent les coeurs.c’est le fil d’ariane pour les natifs du village et un une approche historique commune à tous les villages de l’Algerie coloniale.Merci pour la brèche ouverte avec une plume pleine de tendresse et de sagess.

Laisser un commentaire

*

Liens

Météo et Horaires des prières

Archives

Dernières Photos

129437748 129437567 129436225 13072664_557189634449059_4463901869320236928_o 12901219_547820118719344_6509636545937765614_o 12814756_536337743200915_2778562671087748681_n
Liens

Vidéo à la une
Liens
Derniers commentaires
MESSEIEURS LES RESPONSABLES DE L ADE DE BOUGAA VOUS N AVEZ PAS HONTE DE LAISSER UNE COMMUNE COMPLETE SANS EAU ET CE PENDANT LES 3 JO
Contacte moi Halim !!
Mr Le Wali n'a pas de baguette magique et il ne pourra offrir que ce qu'il aura.Comme dans toutes les distributions de logements à
Salut c oussama
Mr Le Wali bravo,et bonne continuation
<>