forumlivre d \'orPhotosRadioAjouter votre dédicace

Tayeb Taklit et les 7 fusillés, 55 ans après

Le 4 mars 1958, le peloton du 1er escadron du 4ème Dragon, tombe dans une embuscade tendue par Abdelkader Azil, plus connu sous le sobriquet de Abdelkader El Bariki (car il est issu de Barika, w. de Batna), au lieudit Aïn Lahdjar, entre Tittest et Bougaâ. Bilan : seize soldats tués.

Un coup dur pour l’armée française qui déclenchera dès le lendemain, d’impitoyables représailles. Le 6 mars 1958, soit deux jours après l’embuscade qui fera date, Bougaâ sera soumise à la plus grande rafle que la cité ait connue dans son histoire. «Mettre la main sur les moussabeline de la ville» est l’objectif de l’armée colonial.

Pour atteindre un tel but, on utilise les gros moyens. Notamment pour mettre la main sur le cerveau de la cellule locale, Tayeb Taklit, l’ennemi numéro un des militaires français, pour lesquels tous les moyens sont bons. Ces derniers balancent à travers la bouche d’aération de la cheminée une puissante grenade qui souffle une partie de la maison des Taklit. Cette intrusion effraie les enfants et les parents de Tayeb qui se rhabille à la hâte. D’une voix ferme, il crie : «Bande de salauds ! Qu’est ce qu’ils vous ont fait les enfants ? Pourquoi vous vous en prenez à eux ? Si c’est moi que vous cherchez, je suis là, devant-vous, allez-y tirez !»

Avant de franchir fièrement la porte, les mains menottées, il demanda son bournus de laine. Cinq jours après, le 11 mars 1958, il sera fusillé, avec sept autres preux, sur le pont métallique qui relie les deux rives de l’oued Bousselam, au lieudit Bou Farroudj. Au lendemain des exécutions, les habitants de Bou Farroudj découvriront les corps criblés de balles dans l’eau glacée de l’oued. Certains, emportés par le courant, ont été repêchés à plus d’une centaine de mètres en aval du pont. Les corps des huis martyrs seront enterrés dans une fosse commune. Ils ne seront déterrés qu’au début du mois de septembre 1962. Allouani Lakhdar, Debihi Djelloul, Attoui Mohamed, Daoud Lamri, Tarchoune, Benaddad Abdelkader, Belhocine Lakhar et Taklit Tayeb, reposent depuis au carré des Martyrs du cimetière de Dar Echeurfa, témoin de l’héroïsme des meilleurs enfants de cette fertile et généreuse terre.

source: Kamel Beniaiche (ELWATAN).





Cette page a été

Lu 4 677 fois

Une réponse à to “Tayeb Taklit et les 7 fusillés, 55 ans après”

Laisser un commentaire

*

Liens

Météo et Horaires des prières

Archives

Dernières Photos

129437748 129437567 129436225 13072664_557189634449059_4463901869320236928_o 12901219_547820118719344_6509636545937765614_o 12814756_536337743200915_2778562671087748681_n
Liens

Vidéo à la une
Liens
Derniers commentaires
MESSEIEURS LES RESPONSABLES DE L ADE DE BOUGAA VOUS N AVEZ PAS HONTE DE LAISSER UNE COMMUNE COMPLETE SANS EAU ET CE PENDANT LES 3 JO
Contacte moi Halim !!
Mr Le Wali n'a pas de baguette magique et il ne pourra offrir que ce qu'il aura.Comme dans toutes les distributions de logements à
Salut c oussama
Mr Le Wali bravo,et bonne continuation
<>